Le recours au chifoumi s’impose pour les arbitrages complexes en Conseil des ministres

Les grandes décisions demandent de la méthode, et se doivent d’être l’aboutissement d’un processus transparent et incontestable. Face à la complexité du monde moderne, les autorités impériales ont donc souhaité clarifier certains de leurs processus décisionnels. Il arrive en effet régulièrement que la puissance des arguments pouvant militer pour l’une ou l’autre des solutions aux problèmes qui se posent à l’administration impériale soit d’égale valeur, et que dans les CiME (Conseil impériaux des Ministres de l’Empire), la hauteur de vue manque pour faire pencher la balance dans le sens de l’histoire.

ChifoumiLorsque la validité des arguments développés en faveur de chacune des alternatives possibles ne permet pas de trancher, l’arbitrage nécessaire est désormais rendu sur la base d’une méthode qui a fait ses preuves depuis des siècles : par voie de chifoumi.

Un décret impérial vient d’institutionnaliser cette méthodologie. Un Ministère de la Pierre, des Feuilles et des Ciseaux, chargé de veiller au bon approvisionnement en matériaux idoines des réunions du Conseil impérial des Ministres de l’Empire, a été créé par la même occasion.

2 réflexions au sujet de « Le recours au chifoumi s’impose pour les arbitrages complexes en Conseil des ministres »

  1. Bonjour.

    Le chifoumi ne serait-il pas un peu simple lorsqu’il y aurait un arbitrage à faire entre plus de deux propositions ? Le pierre/feuille/ciseau/lézard/Spock en cinq manches gagnantes permettrait de mettre plus surement en valeur la capacité du vainqueur à avoir l’intuition juste, et partant, de rehausser la confiance que l’on pourrait placer en ses vues. Ou alors le jeu des trois cailloux (à trois, il faut neuf cailloux).

    1. Merci pour cette suggestion futée. Néanmoins elle nous poserait de sérieux problèmes logistiques : il est assez facile de trouver des pierres, des feuilles et des ciseaux, attraper un lézard est plus périlleux et espérer la venue de Spock à nos Conseils des ministres assez hasardeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.