Déclaration solennelle de Son Altesse Impériale à l’occasion du dévoilement et de la mise en circulation des séries inaugurales des timbres impériaux

Voici le texte intégral prononcé par Son Altesse Impériale :

Résidentes, résidents, Amis de l’Empire,
L’heure est solennelle, car l’événement est sans précédent pour l’Angyalistan. En ce dernier trimestre 2012, Son Altesse impériale a l’insigne honneur et le très grand plaisir de procéder au dévoilement et à la mise en circulation des séries inaugurales des timbres impériaux : des timbres libellés, pour la première fois dans l’histoire philatélique mondiale, en bancors et centimes angyalistanais.
Créée par décret impérial en septembre dernier, l’administration de l’Échiquier, s’est en effet immédiatement mise au travail. Sous la présidence de Son Altesse impériale, le Haut-Conseil de l’Échiquier a, en un temps record, dessiné trois séries de timbres, dont la fabrication a été lancée au mois d’octobre.
Attribut de souveraineté au même titre que les symboles nationaux ou la monnaie nationale, le timbre réaffirme avec force l’existence de l’Empire dans le concert des nations, et redit, s’il en était besoin, combien la singularité de son territoire ne contrevient en rien à la parfaite réalité de son indépendance. À l’heure où certains pays, faute de moyens, se délestent de leurs missions d’émission de timbres nationaux au profit d’entreprises étrangères, l’Empire a le souci de conduire une politique philatélique nationale, à la fois maîtrisée et ambitieuse.
Un choix d’autant plus impérieux que le timbre est aussi le porteur d’un message culturel. Au-delà de sa seule utilité fiscale et pratique, il est aussi l’ambassadeur de la richesse du patrimoine culturel et historique et de la vie sociale et institutionnelle de l’Empire.
Trois séries de timbres ont donc été conçues, conformément aux besoins d’affranchissement sur le territoire de l’Empire, mais aussi afin de contribuer à la notoriété de l’Angyalistan.
La première série, dite “horizons I”, représente différentes vues d’horizons, et porte des valeurs faciales libellées en centimes angyalistanais : 1, 2, 4, 7, 12, 17 et 41 ¢a∞. La deuxième série, dénommée “vexillum”, est constituée de timbres de forme carrée représentant le drapeau de l’Empire sur fond bleu, jaune ou gris, pour une valeur d’1, 2 ou 4 ßa∞. Enfin, la série dite “autoritas”, est constituée d’un timbre unique de forme triangulaire, montrant S.A.I. dans ses activités gouvernementales, et d’une valeur de 4,21 ßa∞.
Son Altesse Impériale et l’ensemble des personnels de l’administration de l’Échiquier, et notamment de l’Office des Postes impériales, ne doutent pas du large écho que ces premières émissions sauront trouver tant auprès du grand public que des collectionneurs, aussi bien en Angyalistan qu’à l’étranger, où malheureusement, pour le moment, leur usage postal est prohibé.
L’avenir est cependant devant nous, tout comme le territoire de l’Empire – pour sa part également présent derrière et sur les côtés. Ce bémol ne ternira donc en rien la liesse qui est la nôtre aujourd’hui, et ne nous empêchera ni dans l’esprit, ni dans la lettre, d’être parfaitement timbrés.
A.E.I.O.U. Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *