Demande de naturalisation et de carte nationale d’identité

Carte nationale d'identité - spécimen
Carte nationale d’identité – spécimen

Est susceptible de devenir citoyen angyalistanais quiconque, sans distinction de sexe, de race, ni de foi, aura, par son action ou son verbe, contribué de quelque manière que ce soit à la cause impériale, conformément au décret 2012-01 du 5 septembre 2012 qui a codifié a posteriori les principes de l’acquisition de la citoyenneté angyalistanaise, consultable au Journal officiel et annexé au formulaire ci-dessous.

Si la demande est acceptée par le Haut-comité impérial de naturalisation, l’acquisition de la citoyenneté emporte délivrance automatique d’une carte d’identité, sur fourniture des informations nécessaires et d’une photographie.

Pour effectuer votre demande, remplissez le formulaire DCC-04  :

Formulaire DCC-04 – demande d’acquisition de la citoyenneté et de carte nationale d’identité (pdf, 408 ko)

Bon à savoir : La fourniture de photos datées et géolocalisées de l’horizon est généralement grandement appréciée par le H.-C. i. N.

 

Rappel :
L’acquisition de la citoyenneté est soumise au fait du prince et accordée, sur leur demande ou par cooptation, aux résidents qui ont “par leur action ou leur verbe, contribué de quelque manière que ce soit à la cause impériale”. Les impétrants doivent montrer une adhésion suffisante aux principes de la Loi fondamentale pour que le Haut-Comité impérial de naturalisation juge opportun de les déclarer Citoyens. Le Haut-Comité impérial de naturalisation traite ces demandes lors de ses réunions, dont la périodicité n’est pas fixe.
La résidence, telle qu’elle a été définie par le principe quatrième de la Loi fondamentale de l’Empire, est une condition nécessaire mais pas suffisante de la nationalité : la citoyenneté est un privilège, distinct de la résidence – qui est un état.
D’autre part, conformément au principe de co-souveraineté qui sous-tend la philosophie de l’Empire (consulter également le principe troisième de la Loi fondamentale de l’Empire), la citoyenneté angyalistanaise n’est exclusive d’aucune autre citoyenneté, ressortît-elle même d’un État qui n’aurait pas noué de relations diplomatiques avec l’Empire. Il est parfaitement possible de devenir Citoyen de l’Empire sans perdre l’usage des droits qui s’attachent à sa(ses) nationalité(s) pré-existante(s).